14/02/2007

Queen - A Night At The Opera (1975)

queen

En 1975, Queen comptait déjà trois très bons albums, et n'avait plus qu'à sortir l'album classique, le chef d'oeuvre, celui qui allait les définir pour les décades à venir. A Night At The Opera, donc. Extrêmement varié, osé tout en restant assez accessible, ANATO reste, plus de trente ans après sa sortie, un objet curieux et très attirant.

Le début est assez violent, avec Death On Two Legs, attaque non déguisée contre le premier manager du groupe, accusé d'avoir volé le groupe (Queen a toujours été proche de ses sous, on y reviendra). Après cette tranche de hard rock menée par la voix indescriptible de Freddie Mercury, on ne saurait pas faire plus différent, avec Lazing On A sunday Afternoon, typquement le genre de morceau que seul Mercury pouvait sortir sans être ridicule. Dans le genre ridicule, I'm In Love With My Car ose, parce qu'une chanson d'amour sur une bagnole, chantée par le batteur Roger Taylor (et sa voix encore plus haute que Freddie), faut le faire. Mais ça marche.

Pour faire encore plus varié, arrive ensuite une composition du bassiste John Deacon, le très doux You're My Best Friend, pétri de bonnes intentions. Le cinquième morceau, écrit et chanté par le guitariste Brian May (qui passera le plus clair des années 90-00 à ridiculiser son groupe, mais bon), bat tous les records : '39 raconte l'épopée d'astronautes, qui reviennent sur Terre en découvrant un continuum espace-temps différent. Ou quelque chose comme ça, May est docteur en astronomie, pas moi.

On peut déjà remarquer que les quatre membres contribuent séparément à l'écriture des morceaux, ce qui créera d'intenses dissensions et disputes en ce qui concerne les royalties. tout cela ne sera réglé qu'avec The Miracle (1989) où le groupe co-signe officiellement chaque composition. Retour à l'album, et retour au bon gros riff ac/dcien, avec Sweet Lady, puis un nouveau virage à 180°, Seaside Rendezvous et les envolées vocales incomparables de Freddie Mercury, qui joue avec sa voix un orchestre entier. The Prophet's Song enfonce le clou, 8 minutes de pure bizarreries limite prog rock, et des multi-tracked vocals en veux-tu en voilà. Il manquait encore un morceau jazzy joué à l'ukulele, et c'est exactement ce qu'est Good Company. Ensuite, l'album se clôture tranquillement, avec un morceau très discret, appelé Bohemian Rhapsody.

Que dire sur Bohemian Rhapsody qui n'a pas encore été dit, et redit? Que c'est la preuve qu'un morceau peut être très complexe et pourtant connaître un gros succès commercial. Que le morceau est composé de six parties, toutes différentes et techniquement difficiles. Que le headbanging du solo de guitare est un des moments classiques du rock n roll. Que Queen tenait son morceau légendaire, son A Day in The Life, son Stairway To Heaven. En mieux. Juste une petite info, en passant : il a fallu trois semaines pour enregistrer les quelques secondes de la partie "Galileo". Enfin, l'album se clôture, comme tous les concerts de Queen jusqu'à ce jour, par la réinterprétation du God Save The Queen.

Queen ne s'arrêta pas en si bon chemin, car ils continuèrent à sortir toute une série d'excellents albums, jusqu'à News Of The World. Ensuite, il faut pêcher deux ou trois morceaux par disque, mais Queen n'a jamais sorti d'album très mauvais, même le posthume Made in Heaven est assez correct. Évidemment, il faut apprécier le glissement du groupe du hard rock au rock à synthés plus commercial, mais même pour les puristes,la carrière de Queen est remplie d'excellents moments, qui les définissent comme un des plus grands de tous les temps, sans aucun doute.

14:00 Écrit par Denis dans 1970s | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1975 |  Facebook |