14/09/2007

Led Zeppelin - II (1969)

600px-LedZeppelinLedZeppelinIIalbumcoverJe le jure, je ne l'ai pas fait exprès, mais le timing est intéressant : je voulais écrire sur Led Zeppelin depuis longtemps, et maintenant que je le fais, ils annoncent une reformation exceptionnelle pour laquelle plus de 20 millions de personnes ont demandé des places, en quelques heures. 20 millions. Écrire sur Led Zep, c'est bien, se décider quel album choisir, c'est autre chose. Je m'occuperai probablement de quelques autres plus tard, mais aujourd'hui, ça sera le second album, II. Pourquoi? Tirage au sort entre les quatre premiers. Ceci dit, le sort est parfois heureux. II est l'album qui a cimenté la place de Led Zeppelin dans l'histoire, et notamment grâce au morceau de pure folie qui entame celui-ci, Whole Lotta Love. 

Le riff de Robert Plant est monumental, la basse de John Paul Jones fait l'effet d'un rouleau compresseur, et la production de Jimmy Page, qui alterne les guitares entre les canaux droit et gauche rendent ce morceau complètement cinglé, mais terriblement mémorable. Encore plus dingue est le pont, où Robert Plant râle et gémit de manière tellement suggestive qu'on a surnommé cette partie "la section de l'orgasme". Orgasme, ça l'a clairement été pour le rock n roll, qui y trouve un de ses meilleurs morceaux. Difficile, voire complètement impossible de suivre un tel monument, mais Led Zeppelin fait mieux qu'essayer.

The Lemon Song envoie quelques références sexuelles subtiles, une des spécialités du groupe (après le "backdoor man" de Whole Lotta Love, Plant propose qu'on presse son citron jusqu'à ce que le jus coule...), mais rien, absolument rien ne pourrait détourner l'attention de la basse de Jones, qui est invraisemblable tout au long du morceau. Et dire qu'il a apparemment tout improvisé. Autre spécialité du groupe, mais pour laquelle on ne peut pas vraiment leur en tenir rigueur, c'est l'emprunt très peu subtil de paroles ou de sections entières d'autres morceaux. Ainsi, le début de Thank You est directement volé à Jimi Hendrix : cela reste une ballade sublime, menée par l'orgue d'un omniprésent John Paul Jones.

Heartbreaker montre le retour du riff mortel, accompagné d'un solo improvisé, rythmé par l'incroyable John Bonham, qui marquera de son empreinte l'instrumental Moby Dick : en concert, son solo de batterie pouvait durer trente minutes et se finissait souvent par un Bonham poings en sang, ayant fini sans ses baguettes lancés dans le public. On a pas ça dans un concert de Fall Out Boy. Quoi encore.. Ramble On raconte le plus simplement du monde l'histoire de Frodo Baggins (à la première personne, rien que ça). Le blues/rock/blues Bring It On Home clôture avec une classe folle un album d'une classe folle.

Led Zep allait encore être plus dingue, plus excessif, jusqu'au point de non retour. Reformation, tournée, nouvel album, qu'importe. Quel est le meilleur album, on s'en fout. Jimmy Page a-t-il vendu son âme à Sean "Satan" Combs, quoi d'autre.

II est un des albums les plus importants de l'histoire de la musique, point. 

 
Whole Lotta Love

 

12:08 Écrit par Denis dans 1960s | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1969 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.