12/04/2007

Faith No More - Angel Dust (1992)

Angel_Dust_92

Aujourd'hui, on se souvient de Faith No More comme un des principaux instigateurs du rap metal, mais il ne faut pas leur en tenir rigueur, ils ne s'en rendaient pas compte. Pour preuve, Angel Dust, datant de 1992, et généralement cité comme un des albums les plus innovants de la décennie. C'était déjà le quatrième album du groupe, et le second avec son légendaire vocaliste, Mike Patton. Le précédent, The Real Thing, a permis de leur assurer un succès alternatif, grâce aux hits From Out Of Nowhere et Falling To Pieces. Mais c'est définitivement avec Angel Dust que Faith No More allait passer la vitesse supérieure. Pas vraiment commercialement, même s'il s'est bien vendu, mais clairement artistiquement.

Angel Dust est bizarre. Très bizarre. Maintenant, on connaît la propension de Patton à la bizarrerie totale, mais là on commençait seulement à s'en rendre compte. La base des morceaux, du moins leur majorité, est relativement classique, mais l'exécution est généralement fort particulière. Land of Sunshine, premier morceau : riffs metal, basse funk, un solo de guitare très classique, des claviers limite black metal, et Mike Patton, qui croone, puis se met à rigoler comme un malade tout en lisant des conseils de vie de gâteaux de chance chinois, et des extraits de tests de personnalité scientologiques. On continue, Caffeine (morceau culte d'un estimé collègue ;) ), qui confirme son titre grâce à une puissance métallique impressionnante, et un middle eight inquétant, qui confirme que Patton sait chanter n'importe quoi n'importe comment.

On ne trouve que deux "hits" sur cet album, même s'il est considéré comme leur meilleur, c'est tout dire. Heureusement, Midlife Crisis et A Small Victory sont aussi de grande qualité, même s'ils n'ont pas toujours le caractère étrange qui domine l'album. Encore d'autres exemples? RV, un spoken word qui voit Patton se moquer du redneck way of life sur une musique partiellement basée sur le célèbre Underworld Theme de Super Mario Bros ; ou l'arabisant Smaller And Smaller. Mais rien n'est plus barré que la fin de l'album, avec l'indescriptible Jizzlobber, et les reprises en bonus : le thème de Midnight Cowboy et Easy de Lionel Richie.

J'aurais pu mettre chaque morceau en évidence, mais l'album se doit d'être écouté dans son ensemble. On pourra facilement comprendre pourquoi cet article est un foutoir : Angel Dust est indescriptible. Dites, les gars, tout le monde se reforme, ces jours-ci... Siouplé?


Caffeine

14:12 Écrit par Denis dans 1990s | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 1992 |  Facebook |

Commentaires

easy Excellente chronique. A noter qu'une version d'Angel Dust comportant Easy est sortie par la suite.

Écrit par : Estimé collègue ;-) | 16/04/2007

Les commentaires sont fermés.