28/03/2007

Black Sabbath - Paranoid (1970)

paranoid

J'aurais pu choisir indifféremment n'importe quel des quatre premiers albums du groupe, tant ils approchent tous de la perfection. Il est d'ailleurs excessivement rare de trouver quatre albums successifs aussi bons. Paranoid est le second, et est celui qui comprend leurs morceaux les plus reconnaissables, dont celui d'ouverture, War Pigs. Morceau ouvertement anti-guerre, son intro jammée suivi de sirènes est devenue légendaire. Légendaire aussi, la voix d'Ozzy Osbourne (le vrai, pas le vieux monsieur malade), et le rythme Black Sabbath, très heavy mais rarement rapide : le stoner rock est né. Il suffit d'écouter Songs For The Deaf, de Queens Of The Stone Age, et on comprend très vite d'où ils viennent, et où Dave Grohl a appris à jouer de la batterie.

La suite est encore plus extraordinaire, avec le fameux Paranoid, pourtant très atypique, par sa vitesse et sa brièveté; et Planet Caravan, morceau psychotropico-psychédélique assez intense. Iron Man clôture la première moitié de l'album, et on défie quiconque de trouver quatre morceaux d'un même album autant repris par la suite. C'est peut-être Iron Man qui est le morceau le plus reconnaissable de Black Sabbath, grâce à un riff immense, et, si je ne l'ai pas encore dit, légendaire.
La seconde moitié, même si elle n'apparaîtra pas dans Guitar Hero III, vaut le déplacement : Electric Funeral a un des riffs les plus étranges jamais composés, alors que Hand of Doom a peut-être donné son nom au doom metal. Le groupe a inventé un son, le genre de son qui révolutionne le monde, et crée des dizaines de genres et sous-genres. Et tout cela par hasard : Tony Iommi a simplement diminué la tension des cordes de sa guitare, pour faciliter le jeu de sa main meurtrie. Voilà le résultat.

Paranoid n'est pas seulement un des albums les plus importants de l'histoire du metal, il est aussi et surtout étonnamment actuel. Contrairement à beaucoup de précurseurs, il ne sonne ni daté ni brouillon, et on peut facilement comprendre l'adoration dont il est objet. Le groupe sortira encore deux albums fabuleux, avant de commencer une longue descente, évidemment aux enfers, qui amènent les membres du groupe à toujours subsister bon gré mal gré, année après année, jusqu'aujourd'hui. Mention spéciale tout de même à Ozzy Osbourne, jadis Prince des Ténèbres et aujourd'hui pantin très désarticulé.

Henry Rollins le dit mieux que quiconque, quand il déclara un jour que Katrina (l'ouragan qui dévasta New Orleans) aurait du s'appeller "The First Four Sabbath Albums".

01:53 Écrit par Denis dans 1970s | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1970 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.