20/03/2007

Deftones - White Pony (2000)

Whitepony

Un des premiers groupes nu-metal (avec Korn, qui a débuté à la même époque), Deftones est considéré comme un des plus gros groupes metal actuel (ce qui sera le seul jeu de mot de l'article). Saturday Night Wrist, leur cinquième et dernier album à ce jour confirmait ce fait avec classe. Mais c'est avec White Pony que le groupe a pu passer du statut de groupe metal underground à potentiel vers celui de grand groupe poulaire et intéressant. Les deux premiers ne sont pas mauvais, loin de là, mais ne montrait pas encore ce dont ils étaient capable, ces variations atmosphériques qui sont leur force et particularité.

Feiticeira, le morceau d'ouverture, ne donne pas dans la dentelle, avec son superriff comprimé et un Chino Moreno (voix) qui alterne entre cri primal et chant habité, une schizophrénie qui ne le quittera jamais. Personne d'autre n'est Chino Moreno, personnalité imprévisible (YouTube est plein d'extraits de concerts montrant un Chino complètement bourré, et faisant littéralement n'importe quoi), mais génial. Si l'on excepte peut-être son comparse de douleur introspective Jonathan Davis, personne dans le metal ne chante mieux les tréfonds de l'âme humaine, la difficulté d'exister, le tout avec une pureté et une authenticité remarquables. Et c'est clairement le point fort du groupe : oui, Deftones est un groupe metal, mais qui doit autant à The Cure et aux Smiths qu'à Slayer et Black Sabbath.

La suite immédiate alterne entre calme provisoire et violence non dissimulée. On peut facilement remarquer des influences ambient et new wave, ce qui n'était pas très commun dans le metal de l'époque, peu enclin à être influencé par cette période que certains esprits étroits jugent peu recommendables. Les paroles sont aussi un voyage peu reposant dans l'esprit de Chino Moreno, ou du ses personnages, la différence étant sans doute ténue. Musicalement, aucun des membres n'est à proprement parler un virtuose, mais le but est de créer une atmosphère propre, et pas une simple collection de morceaux. Le but est évidemment atteint, en grande partie grâce aux bidouillages sonores de Frank Delgado.

Teenager pousse cette recherche d'ambiance jusqu'à éliminer complètement la guitare, alors que Korea expose un Chino plus bipolaire que jamais. En parlant de bipolaire, que dire de l'exceptionnel The Passenger, duo somptueux avec Maynard James Keenan, frontman d'un des autres groupes metal inventifs contemporains, Tool. Suit l'encore plus étrange Change (In The House of Flies) - exemple de paroles : I watch you change / Into a fly - et l'album peut se clôturer calmement avec Pink Maggit, qui créa assez rapidement une controverse.

En effet, leur label, se rendant compte que l'album ne comptait aucun single potentiel, leur demanda - força - d'écrire un 7 Words, ou un My Own Summer. Et de manière assez flamboyante, Moreno décida d'écrire le morceau le plus facilement commercial de leur carrière. Basé sur les accords de Pink Maggit, Back To School voit Chino rapper à la rap-metal classique, créant un hit alternatif dispensable mais terriblement efficace. Mais même s'il est présent sur certaines ressorties de l'album, Back To School ne fait pas partie de White Pony.

La suite ne sera pas une promenade de santé pour le groupe, confronté aux problèmes personnels de Chino Moreno, dont les différentes addictions le rendent complètement ingérables. Après un album (Deftones) moyen,
une compile de faces B et le projet parallèle de Moreno, le groupe a très douloureusement accouché de l'excellent Saturday Night Wrist, et aux dernières nouvelles, la tournée 2007 se déroule très bien.

On ne peut qu'espérer que Chino aille mieux, car son groupe, qui a décroché une place dans la panthéon du metal, peut aller encore bien plus loin. White Pony, bien que très importante, n'est qu'une étape dans la mission de Deftones, rendre le monde tolérable, via une musique organique, personnelle et enivrante.

14:15 Écrit par Denis dans 2000s | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : 2000 |  Facebook |

Commentaires

Un album parfait! Vraiment une réussite ce White Pony, il vieillit pas et pis la brochette Knife Prty/Korea/Passenger/Change/Pink Maggit, il y a pas d'équivalent.


Sinon chouette blog, j'aime bien lire tes chroniques ici et dans ton autre blog, d'ailleurs je vois que le prochain cd "rétro" chroniqué sera Dirt, je crois que mon pseudo suffit à résumer comme je l'apprécie aussi celui-là...

Écrit par : down_in_a_hole | 20/03/2007

merci :) toujours sympa de lire des commentaires positifs, merci d'avoir pris le temps! Et Dirt ne sera peut-être pas le prochain, la liste n'étant pas nécessairement dans l'ordre, mais il le sera de toute façon.

Écrit par : Denis | 20/03/2007

Les commentaires sont fermés.