15/03/2007

Iron Maiden - The Number Of The Beast (1982)

Iron_Maiden_-_The_Number_Of_The_Beast

Quand il faut discuter du plus grand groupe metal, la réponse générale semble évidente. Metallica est connu de tous, au moins de nom, et sans doute grâce à un des deux lents boulets du Black Album. Mais quand il faut parler du plus grand, du plus fort, du meilleur groupe du putain de heavy metal du monde, deux mots résonnent, avec autant de force que l'instrument de torture qui a leur donné un nom, et avec aussi peu de pitié que l'ex-Première ministre anglaise qui l'a également porté. IRON fucking MAIDEN.

Iron Maiden c'est d'abord Bruce Dickinson, phénoménal chanteur, frontman charismatique, homme charitable (en tant que pilote d'avion de ligne, il participe assez souvent à des missions humanitaires) et ennemi de Sharon Osbourne. Et quiconque est ennemi de Sharon Osbourne mérite qu'on lui paie un verre, ou du moins qu'on écoute un de ses albums.

Et cet album, c'est son premier avec le groupe, premier d'une longue série, et classique intemporel du heavy metal. Iron Maiden a débuté quelques années plus tôt, avec deux albums, chantés par Paul Di'Anno, aux accents plus punk (fin des 70s oblige), mais c'est avec The Number of The Beast que leur empreinte allait marquer l'histoire. Il est tellement influencé la suite du genre, qu'il est difficile de vraiment en parler, disons donc simplement que pas de NotB = pas de metal en 2007.

De plus, il est important de dire que tout au long de leur carrière (qui approche les trente ans), Maiden a beaucoup évolué, parfois dans des terrains marécageux et pas toujours très recommendables. Les synthés, les morceaux épiques de 15 minutes, et - pire - la période période Blaze Bayley gagneraient à être oubliés. Même si The Number of The Beast est loin d'être leur seul bon album, et que leurs dernière sorties sont toujours recommedables, il faut avouer qu'il s'agit de leur sommet de pur heavy metal.

Il suffit, pour en être convaincu, de plonger au beau milieu du disque, avec le doublé The Number of The Beast / Run To The Hills, deux des morceaux metal les plus impressionnants, deux classiques parfaits du genre. Un sommet de guitare rythmique, de riffage insensé et de batterie heavy, et surtout une prestation magistrale de Dickinson, le meilleur vocaliste metal de l'histoire. De plus, les autres morceaux restent d'un très bon niveau, si l'on exclut les paroles parfois assez cliché (mais c'est une des caractéristiques du groupe, à prendre ou à laisser). Hallowed Be Thy Name clôture, avec des parties de synthés jouées par des vraies guitares, ce qui ne restera hélas pas le cas longtemps.

Á classer parmi les classiques du genre, et à faire écouter à tout le monde qui pourrait avoir un intérêt mineur pour le metal : cet album a crée des dizaines de groupes, a changé la vie de milliers de personnes, et continuera à le faire.

00:52 Écrit par Denis dans 1980s | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 1982 |  Facebook |

Commentaires

wouah Wouah! Denis, tu me fais plaisir là.

Écrit par : Laurent | 17/03/2007

Les commentaires sont fermés.